Accueil > Presse > Actualités > Pages > L-EAPS-et-l-ESSA-citees-dans-Le-Nouvel-Observateur

 L'EAPS et l'ESSA citées dans Le Nouvel Observateur

 
04/02/2013

 Le dossier "Les diplômes qui donnent du travail" s'ouvre, pour la partie Industrie, sur les excellents résultats d'insertion des écoles EAPS et ESSA.

​Michel Dijols, directeur des écoles EAPS et ESSA, a répondu aux questions des journalistes du Nouvel Observateur à propos de l'insertion professionnelle dans les métiers de l'industrie. Il a rappelé  comment le métier du soudage est méconnu, si ce n'est mal vu chez les jeunes : "Le soudage, pour les étudiants, c'est encore Zola !", regrette-t-il. Dans les salons étudiants, il doit quasiment "aller à la pêche aux candidats".

Pourtant, précise la journaliste Véronique Radier, " les diplômés se casent en un clin d'œil". Les données d'insertion professionnelle devraient à elles seules attirer les jeunes : " de trois à cinq emplois proposés en moyenne à chaque étudiant. Un salaire d'embauche oscillant entre 36 000 et 40 000 euros brut annuel pour l'ESSA et 25 000 pour l'EAPS. Des possibilités de rejoindre tous les secteurs [...], d'encadrer rapidement des équipes et de rouler sa bosse partout dans le monde", écrit le journaliste Arnaud Gonzague, dans la partie consacrée à l'industrie.

  • Retrouvez le dossier dans l'édition papier du Nouvel Observateur, datée du 31 janvier au 6 février 2013

  • Découvrez les écoles de spécialisation en soudage EAPS et ESSA
  •  

    Sur la mêmecatégorie

    26/03/2018

    L’EAPS ouvre un niveau post-bac

    L’école d’adaptation aux professions du soudage à Yutz ouvre en septembre 2018 un nouveau niveau accessible aux titulaires d’un Bac Pro en alternance du secteur Industrie. En savoir +

     

     Contact

     

    Contact