Accueil > Presse > Actualités > Pages > Le-role-des-CTI-reaffirme-par-le-rapport-Valter

 Le rôle des CTI réaffirmé par le rapport Valter

 
20/10/2014

 Le Réseau CTI se félicite de la remise de ce rapport, point de départ de réflexions approfondies et concertées avec les organismesde tutelle en 2015...

 

Le Réseau des Centres techniques industriels (CTI) et la Fédération des industries mécaniques (FIM) se félicitent de la remise du rapport de Clotilde Valter, députée du Calvados, chargée d’une mission parlementaire sur l'avenir des CTI par le Premier ministre, le 6 octobre 2014 à Emmanuel Macron, ministre de l’Économie.

Le rôle des CTI en tant qu’outils de la politique industrielle au service des entreprises, dans une mission d'intérêt général, est confirmé. La députée préconise que « leur financement public soit conforté et stabilisé » afin qu’ils constituent « un élément essentiel de la politique de filières » soutenue par Emmanuel Macron qui ajoute « souhaiter en sécuriser l’avenir ».

 

Le rapport constitue le point de départ de réflexions approfondies et concertées avec les organismes de tutelle, tout au long de l’année 2015, en particulier sur la sécurisation des financements.
« Il est primordial de pérenniser les moyens alloués aux CTI sur le long terme par voie de taxes affectées afin d’en faciliter le pilotage et d’assurer leurs missions d’intérêt général auprès des entreprises », explique Jérôme Frantz, président de la Fédération des industries mécaniques.
Ces dispositions fiscales bénéficient à l’industrie et constituent des atouts majeurs de compétitivité des entreprises. Il convient donc de les préserver. C'est le cas des taxes affectées au financement des cinq CTI de la mécanique dont la FIM assure la tutelle : le Cetiat (Centre technique des industries aérauliques et thermiques), le Cetim (Centre technique des industries mécaniques), le CTDEC (Centre technique de l'industrie du décolletage), le CTICM (Centre technique industriel de la construction métallique) et l'Institut de Soudure.
La FIM souligne par ailleurs que les contrats de performance, permettant de mieux piloter la qualité et l’efficacité des centres, sont déjà en place depuis plus de 10 ans pour le secteur de l’industrie mécanique.

 

Premier réseau français de développement et de transfert technologique au service des entreprises, les CTI comptent plus de 40 établissements et sont implantés dans 18 régions.
Ils touchent un grand nombre d’entreprises : 38 000 entreprises/an contractualisent volontairement avec les CTI. Les trois-quarts d'entre elles sont des PME et ETI, soit 28 % des PME-ETI industrielles.
Ancrés dans les territoires, organisés par secteurs industriels et résolument tournés vers le marché, les CTI exercent des activités de recherche et développement expérimental, de transfert technologique et mutualisent leurs compétences et moyens au bénéfice des entreprises qui n’auraient pas les moyens de financer seules de la recherche et du développement et d'explorer de nouveaux champs d'innovation.
Les CTI sont réunis au sein du Réseau CTI, association qui est l'instance de coordination qui renforce et facilite la valorisation et les transferts des résultats de recherche.

Sur la mêmecatégorie

27/06/2018

L'Essentiel 2018

Retrouvez l'édition 2018 actualisée de L'Essentiel du Groupe Institut de Soudure ! En savoir +

 

 Contact

 

Contact